. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vous êtes ici : Accueil » Documentation » Magazine des Frontières » Échos des Frontières n°00 » A la découverte d’Iwoye

A la découverte d’Iwoye

D 19 juillet 2016     H 08:30     A L’AGENCE     C 0 messages


ituée dans l’Arrondissement de Idigny (Commune de Kétou), la localité frontalière d’Iwoyé, est constituée des hameaux Adjoda, Kilodé et Yobo. Sa superficie estimée à partir des travaux de terrain est de 35 km2 environ. Sa population est approximativement de 1131 habitants (données LEPI, 2011 ). L’occupation de l’espace frontalier Iwoyé est caractérisée par un habitat plus ou moins dispersé. Les habitations sont de type traditionnel. Elles sont faites en terre battue couverte de tôle ou de paille.

Issu du mouvement migratoire d’Ilé-ifè du Nigéria et ayant pour point de chute Oyo, le premier habitant à s’installer vers 1 705 est du nom de Oloumou et est considéré comme le leader. Il s’y établit avec les siens et donna le nom de Iwoyé. Plusieurs décennies après le décès du leader, plus précisément en 1 960, le premier roi du nom de Adétungi fut intronisé. Il a régné jusqu’à 1991 laissant le trône à un second Roi du nom Adébowalé Agawi de 1 992 à 2000. Le troisième Roi du nom de Joël Alayé pris le règne en 2000 jusqu’à nos jours. Le circuit de la migration dans cette localité est représenté par la figure ci-dessous.

La population d’Iwoyé est constituée en majorité d’allochtones. En effet, ces derniers, peuplant essentiellement les localités migrantes isolées de Iwoyé, proviennent pour la plupart des départements du Zou et des Collines (plus de 66 %) et du Plateau (30%). Quant à la localité principale de Iwoyé, elle est peuplée de Nagots et de Peulhs. Les raisons d’installation des populations sont essentiellement la recherche de terres cultivables, le commerce du bétail et l’exercice du commerce ; étant donné que c’est une zone propice pour le commerce vue sa proximité avec le Nigéria. La localité d’Iwoyé est actuellement composée des Nagots, des fon, des peulhs, et Idaashas.

La religion traditionnelle pratiquée est l’animisme dont la divinité Oro. A l’animisme qui est pratiqué par la majorité de la population, s’ajoute, le christianisme, l’islam et autres tendances religieuses communément appelées sectes.

Les litiges, conflits et différends se règlent au sein des familles ou de la collectivité selon l’ampleur conformément aux normes sociales établies. Un respect scrupuleux est dû aux personnes âgées, aux chefs religieux et coutumiers. On rencontre des groupes folkloriques comme le guèlèdè, le Iwà, le Agbé etc.

Plusieurs activités sont exercées par les populations d’Iwoyé. Il s’agit de : l’agriculture (65,71 %). Cette activité est surtout pratiquée par les populations situées dans les hameaux. 1 4,28% de la population d’Iwoyé pratique en partie l’élevage, 1 2,85% exerce dans le commerce et 7,1 4% dans le domaine du transport. Les principales cultures sont : Zea mays (le maïs), Vigna inguiculata (le niébé), Capsicum pubscens (le piment), Manihot esculenta (le manioc), l’igname, le sésame, Solanum lycopersicum (la tomate). Tous ces produits assurent l’alimentation des populations de la localité et au même moment font l’objet de transaction commerciale au niveau national. Leur commercialisation constitue la principale source de revenu des populations.

L’interférence monétaire se traduit aisément dans la localité par l’utilisation indifférente des deux monnaies avec une forte emprise du Naïra au détriment du franc CFA. Le Naïra est utilisé dans la localité dans tous les secteurs d’activité. Le Naïra est échangé en franc CFA si seulement s’il s’agit de quitter cette localité pour retourner à l’intérieur du pays.

Son climat est de type tropical à régime pluviométrique bimodale avec deux saisons pluvieuses et deux saisons sèches qui s’alternent. Une petite saison de pluie de septembre à novembre, une grande saison sèche de novembre à février, une grande saison pluvieuse de mars à juillet et une petite saison sèche de juillet à août. Il favorise une végétation de savane arborée et arbustive. Les formations végétales vont de la végétation naturelle à la végétation anthropique faite de culture et de jachères. L’on y rencontre par endroits des espèces caractérisant la présence de forêt mais la structure porte encore la marque d’une forte emprise anthropique. Le relief est constitué d’un plateau peu élevé.

Iwoyé dispose d’une rivière Yéwa, qui tarit pendant la grande saison sèche. Elle est complétée par des ruisseaux affluents de la rivière Yéwa. Cette rivière rendait inaccessible la localité en saison ECHOS DES FRONTIERES n°00 pluvieuse jusqu’en 2015 où grâce aux multiples plaidoyers de l’ABeGIEF, un pont fut construit par le gouvernement.

Ce qui fait la particularité de la localité d’Iwoyé est surtout le commerce du bétail. Chaque jour des centaines de bœufs par troupeaux conduits par les peulhs transhumants et quittant le Burkina- Faso, le Mali et la région de Savè traversent Iwoyé en direction du Nigeria pour la vente de ces bétails parce que Iwoyé ne dispose pas d’un marché de bétail jusqu’en 2014.

Il faut également noter que depuis que Iwoyé a été récupérée par le Bénin, l’ABeGIEF à partir de 2011 a construit un commissariat spécial de police, une base des Unités Spéciales de Surveillance des Frontières, un module de quatre salles de classe + bureau + magasin + aire de jeu au Collège d’Enseignement Général. Elle a équipé en médicament le centre de santé de la localité. Aussi, cette localité dispose d’un marché à bétail sur le financement de l’UEMOA. L’ABeGIEF a également formé les femmes de la localité sur les techniques modernes de fabrication du gari et leur a octroyé des matériels agricoles modernes et d’un grand magasin de stockage des produits. Iwoyé a bénéficié d’un pont sur la rivière Yéwa ; ce qui facilite aujourd’hui l’accès à la localité en saison pluvieuse. De plus, les enfants d’Iwoyé ont plusieurs fois bénéficié de kits et fournitures scolaires. Iwoyé à cette date, a reçu la visite de plusieurs autorités nationales et internationales à divers niveaux dont des Ministres du Gouvernement afin de développer le sentiment de citoyenneté de la population. Toutes ces efforts et actions menées par l’ABeGIEF ont permis à la population de se sentir appartenir au Bénin. A en croire certains habitants de la localité, Iwoyé est devenue le « petit paris de Kétou » !!!!

Portfolio