. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vous êtes ici : Accueil » Nos actions » Coopération » Participation aux réunions internationales » Conférence de Dakar

Conférence de Dakar

D 20 décembre 2013     H 11:29     A Le Webmaster     C 0 messages


Le Bénin a pris part, du 17 au 19 décembre 2013, à l’hôtel King Fahd Palace de Dakar, à la Conférence Régionale sur les enjeux transfrontaliers sur le thème : « La coopération transfrontalière ; levier pour le développement et la paix : les territoires construisent par-delà les frontières ».

Cette conférence a connu la participation du Ministre béninois de l’Intérieur, de la Sécurité Publique et des Cultes, Monsieur François HOUESSOU et du Directeur Général de l’Agence Béninoise de Gestion Intégrée des Espaces Frontaliers, Docteur Marcel Ayité BAGLO. Dans son discours, le Ministre a d’abord rappelé que conformément aux orientations du Docteur Boni YAYI, Président de la République du Bénin et Président de la Conférence des Chefs d’Etats de l’UEMOA, le Bénin participe pleinement à la mise en œuvre de la coopération transfrontalière en optant pour une gestion intégrée des espaces frontaliers. Car leur vision poursuit-il est « de faire des espaces frontaliers, de véritables espaces de développement durable et de bon voisinage avec les pays limitrophes, espaces où les conditions de vie sont nettement améliorées.

Il a également affirmé l’existence d’une politique nationale de développement des espaces transfrontaliers au Bénin, appuyée par la CEDEAO et l’UEMOA, à travers l’installation de Postes de Contrôles Juxtaposés, en vue de simplifier les formalités administratives frontalières et faciliter la libre circulation des biens et des personnes. Pour terminer, il a remercié le Président de la République du Sénégal et tout son gouvernement pour l’accueil réservé à toutes les délégations des Etats membres de l’UEMOA.

Au cours de la synthèse des travaux, il est nécessaire de considérer le jeu des acteurs sur les territoires frontaliers, car à côté des acteurs, apparaissent des acteurs d’une économie illégale (contrebande, trafic, terrorisme…). Et face à cette évolution, les Etats doivent réinvestir les espaces frontaliers et doivent s’appuyer sur les pouvoirs locaux pour construire une culture de paix et de développement durable. Si les Etats maintiennent les collectivités locales, notamment frontalières, dans une situation de faiblesse avec des transferts de compétences qui ne s’accompagnent pas de transfert de moyens, c’est toute la puissance publique qui se trouve affaiblie.
Quant à l’insistance des participants sur la réalisation de projets transfrontaliers concrets, il faut mettre en œuvre les initiatives pertinentes, car les bonnes réalisations enclenchent des dynamiques vertueuses pour les économies locales. Tenant compte des questions soulevées lors de la conférence, il convient de simplifier la vie des habitants des zones transfrontalières, éviter les tracasseries administratives, faire émerger une citoyenneté communautaire.

En clôturant les travaux, le Ministre béninois de l’intérieur François HOUESSOU qui s’est rendu disponible pour assurer la présidence des travaux, a fait une mention spéciale à la Commission de l’UEMOA à travers le Commissaire en charge du DATC pour le soutien sans cesse croissant de la Commission au CCT.

Pour finir, relever la richesse scientifique de la Conférence et constaté que les objectifs fixés ont été largement atteints.

Dans la même rubrique

26 juin 2014 – Conférence d’Abidjan

1er avril 2014 – Conférence de Bruxelles