. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » 2018 » Dialogue national sur : « Frontières, le tourisme et l’extrémisme violent (...)

Dialogue national sur : « Frontières, le tourisme et l’extrémisme violent »

D 18 juin 2018     H 06:39     A L’AGENCE     C 0 messages


agrandir

Dans le cadre de la célébration de Journée Africaine des Frontières (JAF) 2018, l’Agence Béninoise de Gestion Intégrée des Espaces Frontaliers (ABeGIEF) a opté, depuis 2014, pour l’organisation d’une semaine dénommée « Semaine des Frontières Béninoises ». L’évènement majeur pour cette édition fut le dialogue national organisé en collaboration avec l’Etat-major général des Armées et la Police Républicaine.

C’était le jeudi 14 juin 2018, que s’est tenu à Azalaï Hôtel de Cotonou, le Dialogue national sur le thème : « Frontières, Tourisme et Extrémisme violent au Bénin ». Il a regroupé les responsables des forces de défense et de sécurité (Police républicaine, Etat-major Général des armées) du Bénin, les autorités, les membres des institutions, les Députés, les responsables de la société civile notamment les organisations des femmes et des jeunes.

Dans son mot de bienvenue, Docteur Marcel Ayité BAGLO, Directeur général de l’Agence béninoise de gestion intégrée des espaces frontaliers, dans son mot, a exprimé au nom de l’ensemble des organisateurs, sa joie d’accueillir les travaux de ce dialogue national sur les «  Frontières, Tourisme et Extrémisme violent au Bénin. Il a salué l’initiative de la tenue de cette rencontre qui s’inscrit en droite ligne de la première rencontre sur " Les espaces frontaliers face aux menaces terroristes " tenue, le 9 juin 2017 au palais des congrès de Cotonou. Pour lui, se pencher sur l’extrémisme violent, les frontières et le tourisme au Bénin, nous donne une nouvelle occasion d’analyser, à travers une perspective nationale, les principaux enjeux et défis sécuritaires liés à l’extrémisme violent et d’identifier les facteurs institutionnels et sociaux qui favorisent l’émergence des groupes extrémistes ou « terroristes ». Il justifie cette initiative par l’opportunité de pouvoir réunir à la fois les décideurs politiques, les experts, les membres de la société civile, les Think Tanks et le milieu académique pour échanger en toute liberté sur la douloureuse question de l’extrémisme violent, un sujet qui interpelle tous les acteurs. Le Directeur général apprécie la démarche qui permettra de mieux appréhender le caractère global de l’extrémisme violent et l’engagement actif de la Communauté internationale à le combattre. C’est pourquoi, selon lui, ce dialogue national contribuera à l’émergence d’une pensée stratégique béninoise susceptible d’enrichir l’action des dirigeants et des institutions africaines. Pour finir, il a rappelé combien il est important, d’acquérir une culture d’anticipation et de stratégie partagée dans le domaine.

Le Ministre de tutelle Monsieur Sacca LAFIA abonde dans le même sens : « En initiant à travers l’ABeGIEF, le présent dialogue sur le thème : Frontières, tourisme et extrémisme violent, mon département ministériel est convaincu que la lutte contre l’extrémisme violent doit être globale, que son éradication n’est pas possible que dans le cadre d’une synergie d’actions et que le succès de celle-ci ouvre les portes d’un tourisme sécurisé et par ricochet le développement du Bénin ». Poursuivant, il va préciser l’objectif général du dialogue qui est de contribuer à une meilleure prise de conscience de la nécessité d’investir dans les zones frontalières afin de les éloigner du terrorisme et d’autres actes abjects. Toutes ces mesures contribuent à n’en point douter à la sécurisation des activités touristiques et à l’essor économiques de notre pays.

Avant de déclarer ouverts les travaux du dialogue national, le Ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, Monsieur Sacca LAFIA s’est réjouis de constater qu’à travers le programme élaboré et la qualité des invités que la journée de travail sera bien remplie, faite de riches débats et fructueuse en recommandations à l’endroit de tous les acteurs concernés.

Il faut noter qu’au cours de cet atelier, les participants ont suivi deux communications à savoir «  Extrémisme violent au Bénin : définitions-manifestations-mécanismes de lutte » et « Extrémisme violent au Bénin : quelles réponses dans les frontaliers pour un tourisme viable ? » présentées respectivement par l’Honorable Nassirou BAKO-ARIFARI et par le DG/ABeGIEF.

Ces communications ont précédé les travaux de groupes sur les thématiques suivantes : « Mieux appréhender le lien entre extrémisme violent, frontières et tourisme au Bénin : entre résiliences et vulnérabilités » pour le panel 1 et « Mécanismes de gouvernance partagée en matière de prévention de l’extrémisme violent : les différents acteurs, leurs rôles et responsabilités » pour le panel 2.

A l’issue des travaux de ce dialogue national, les participants ont formulé les recommandations ci-après :

  • élaboration d’un plan annuel de coopération entre les forces de défense et les forces de sécurité comme stratégie de décloisonnement des deux forces et de mise en œuvre d’actions synergiques liant la politique nationale de défense et la politique de sécurité intérieure ;
  • création d’une plateforme nationale de lutte contre l’extrémisme violent comprenant trois comités (comité de recherche et de prévention, comité d’intervention rapide et comité d’éducation à la non-violence, à la paix et à la sécurité) ;
  • traitement territorial sur une base communale du chômage par un fonds de soutien à l’emploi des jeunes de chaque commune ;
  • mise en place d’un système d’étude d’impacts sécuritaires des lois, politiques et programmes ;
  • réalisation d’une cartographie géoréférencée de tous les lieux de culte sur une base communale avec identification des responsables.

Un comité composé de la Direction Générale de la Police Républicaine, de l’Etat-Major Général des Armées, de la Société civile, du Ministère des Affaires Etrangères et de l’Agence Béninoise de Gestion Intégrée des Espaces Frontaliers sera chargé du suivi de la mise en œuvre des recommandations.

Portfolio