. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vous êtes ici : Accueil » Documentation » Bénin-Nigéria » FRONTIERE BENINO-NIGERIANE

FRONTIERE BENINO-NIGERIANE

D 14 mai 2014     H 18:02     A Le Webmestre     C 0 messages


La frontière bénino-nigériane est une frontière conventionnelle définie par le Procès-verbal d’Abornement de 1912 en ce qui concerne la section côtière de Kraké Plage et le secteur d’Onigbolo suivis du secteur de la rivière Okpara. Le secteur septentrional d’Illo/Borgou allant de la rivière Okpara au fleuve Niger quant à lui, est décrit par la nouvelle définition de la frontière de février 1960 remplaçant l’Accord de 1906. Mais il est découvert que les vérifications nécessaires n’ont pas été faites au moment de la substitution pour s’assurer que la nouvelle définition de février 1960 est équitable pour les deux pays en matière de gain et de perte de superficies par rapport au tracé suivant la Convention du 18 octobre 1906.

1- Travaux réalisés

a) les douze bornes matérialisant la section côtière de Sèmè Kraké Plage ont été reconstruites suivant les normes internationales. Quatre bornes intermédiaires de densification ont été construites pour une meilleure visibilité de la ligne frontière.

b) Dans le secteur d’Onigbolo, cent vingt six (126) bornes principales ont été reconstruites sur un total de cent trente (130). Les quatre restantes demeurent litigieuses dans la localité d’Igbokofi/Towé (Commune de Pobè).

Le ravin d’Adjarra de vingt sept (27) km allant de la crique de Badagry à Igolo/Idiroko est aborné sur chacune des rives béninoise et nigériane par sept (07) bornes principales indicatrices. C’est le thalweg de la rivière Adjarra et celui d’Iguidi qui servent de frontière dans ce sous secteur.

c) Toutes les trente cinq (35) bornes délimitant le secteur d’Illo/Borgou long de quatre cent trente deux (432) km environ ont été reconstruites. Les travaux de démarcation ont révélé dans ce secteur que :

- Sept (07) villages situés à l’ouest de la frontière de par leurs positions et autrefois administrés par le Nigeria appartiennent au Bénin. Il s’agit de : Ogamoin, Sinagourou, Guidan Kada, Mafouta, Naffa, Wassaré et Tounga Issa ;
- Trois villages se trouvant à l’Est de la ligne frontière de par leurs positions, autrefois administrés par le Bénin, appartiennent au Nigeria. Il s’agit de Gorogao, Sabassi et Gbessaré II.

Il importe de noter que les trois villages qui viennent d’être cités sont des fermes créées par des ressortissants béninois en quête de terres arables et ne connaissant pas le passage de la ligne frontière.

Il convient de souligner que l’appartenance de chacun des dix (10) villages jadis litigieux à tel ou tel pays est consignée dans le Communiqué Conjoint de la réunion de la Commission Mixte Paritaire Bénino-Nigériane de Délimitation de la Frontière tenue à Abuja le 10 Juin 2005.

2- Les travaux de démarcation restant à réaliser.

a) la définition claire de la ligne frontière au niveau du ravin sur la rivière d’Adjarra, de la Crique de Badagry, au voisinage de l’Ile de Tonguédji (« Tongeji Island ») ;

b) la détermination des positions des bornes 75, 76, 77 et 78 dans la localité d’Igbokofi/Towé, suivant le Procès-verbal de 1912 en vue de leur reconstruction ; construction de bornes intermédiaires entre les bornes principales telle que recommandé dans ledit procès verbal ;

c) l’abornement des deux (2) berges du secteur frontalier de la rivière Okpara ;

d) la reprise de la démarcation de la frontière dans le secteur d’Illo/Borgou tel que recommandé par le Conseil des Ministres. Sur le sujet, le Bénin est entrain de solliciter l’avis juridique d’un Avocat Conseil dans les secteurs où les différends perdurent ;

e) la renumérotation en série continue des bornes frontières de la côte Atlantique au fleuve Niger, après toutes corrections et reconstructions de bornes principales et constructions de bornes intermédiaires ;

f) l’élaboration et l’édition d’une carte de la bande frontalière et d’un procès-verbal conjoint de description de la frontière ;

g) le point triple Bénin-Niger-Nigéria devra être déterminé conjointement par les trois pays et figurera sur la carte de la bande frontalière.

3- Tracé de la frontière maritime bénino-nigériane

Les deux Parties sont parvenues à un tracé théorique de la frontière maritime consigné dans un Traité déjà signé le 04 Avril 2006 par les Chefs d’Etat des deux Pays.

Le Traité avait déjà été transmis à l’Assemblée Nationale, par le Gouvernement, afin d’avoir l’autorisation en vue de sa ratification. Mais l’enclavement que subit l’espace maritime du Bénin par l’application de la méthode d’équidistance dans la zone des 200 milles marins a amené l’Assemblée Nationale à ne pas autoriser la ratification du Traité et demander la reprise des négociations entre les deux pays.

En effet, ce Traité ne sauvegarde pas les intérêts du Bénin, notamment en ce qui concerne l’extension du plateau continental de notre pays au-delà des 200 milles marins.