. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vous êtes ici : Accueil » Documentation » Agenda des Frontières » Agenda des Frontières 2017 » Mot du Rédacteur en Chef, Agenda 2017

Mot du Rédacteur en Chef, Agenda 2017

D 22 décembre 2016     H 11:13     A L’AGENCE     C 0 messages


Chers fidèles lecteurs de l’Agenda des Frontières, depuis quelques années, le Bénin accompagne ses partenaires de la Plate-forme d’Echanges et de Coordination de la Gestion des Espaces Frontaliers (PECoGEF) dans le partage d’expériences sur les dynamiques transfrontalières et la gestion intégrée des espaces frontaliers. Ce processus a conduit, en 2015 et en 2016, l’Agence Béninoise de Gestion Intégrée des Espaces Frontaliers à accueillir les délégations des structures nationales en charge de la gestion des frontières de l’Afrique de l’Ouest.

Grâce aux plaidoyers de l’Agence, le Gouvernement des Etats Unis d’Amérique a manifesté son soutien par la dotation au profit de l’Unité Spéciale de Surveillance des Frontières en matériels de sécurité et de protection. Emboîtant le pas aux USA, la coopération allemande à travers la GIZ a soulagé les peines des populations frontalières de Mafouta, Wassaré, Tounga Issa et Tounga Messagué (commune de Ségbana) par la mise en service de forages hydrauliques et la distribution de kits solaires. Ces appuis, entre autres, sont les preuves palpables de la dynamique de cette coopération qui existe entre le Bénin et ses divers partenaires.

Par ailleurs, l’UEMOA s’est engagée dans une nouvelle dynamique qui consiste à impliquer davantage les collectivités locales dans la gestion des espaces frontaliers. En effet, dans le cadre de l’étude pour la mise en place d’un programme de développement des zones transfrontalières de l’espace UEMOA, les zones transfrontalières Bénin-Burkina-Togo, Bénin-Burkina-Niger ont été retenues.

Dans le même ordre d’idées, des expériences pilotes sont déjà en cours dans certains territoires transfrontaliers de l’Afrique de l’Ouest. C’est pourquoi notre pays a soumis des projets et obtenu de l’institution communautaire, le financement de micro-projets au profit des zones d’Agoué/Aného (appui à l’institutionnalisation et à l’organisation des manifestations à caractère culturel concourant à l’effacement des frontières et à la coopération transfrontalière : les manifestations de yêkê-yêkê dans l’espace frontalier bénino-togolais) et de Karimama-Malanville/Gaya-Tanda (appui à la promotion des activités génératrices de revenus dans l’espace transfrontalier bénino-nigérien phase 1 : conservation des produits halieutiques par les femmes mareyeuses).

Tout en invitant chacun à accompagner les efforts de l’Agence en prenant connaissance des différents articles de votre Agenda des Frontières, je souhaite une bonne et heureuse année 2017 à vous-même et à votre famille.

Toujours proche des préoccupations frontalières, je vous donne rendez-vous l’année prochaine pour un autre numéro.

Bonne lecture !

Le Directeur Général de l’Agence Béninoise de Gestion Intégrée des Espaces Frontaliers,

Dr Marcel Ayité BAGLO