. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Vous êtes ici : Accueil » Actualités » Promotion des activités génératrices de revenus, capacités des femmes (...)

Promotion des activités génératrices de revenus, capacités des femmes renforcées pour une réduction de la pauvreté

D 14 octobre 2016     H 16:21     A Le Webmestre     C 0 messages


agrandir

La dynamisation de l’économie locale nécessite la participation de tous les acteurs intervenant dans ce secteur. De plus en plus, les femmes ont un rôle important à jouer dans la participation des dépenses de leurs ménages. Souvent, en milieux ruraux africains, les dépenses liées à la scolarisation des enfants et d’autres besoins vitaux sont à la charge des femmes qui ne disposent pas toujours d’un revenu suffisant pour satisfaire ces besoins.

La plupart de ces femmes se donnent aux activités pouvant générer quelque revenu et sollicitent de ce fait l’assistance des Organisations Non Gouvernementales et autres structures de micro-finances.

C’est dans ce cadre que l’Agence Béninoise de Gestion Intégrée des Espaces Frontaliers a inscrit dans son programme, l’appui aux populations frontalières et organisations de femmes pour le développement des activités génératrices de revenus. Pour y parvenir, elle a initié au profit des femmes des espaces frontaliers du Bénin, des formations pour moderniser leurs activités de transformation du manioc en farine communément appelé ″gari″.

Cette stratégie permet à ces groupements de femmes, surtout ceux des localités jadis administrées par les pays voisins, de disposer d’une autonomie financière.
Les femmes de certains groupements de Sinangourou (2013), d’Iwoyé (2014) et du secteur de Swanworoussou-Ogamoin-Bouin (2015) ont reçu des formations en techniques modernes de production de ″gari″. Ces formations ont été sanctionnées par des attestations de fin de formation.
JPEG
Le réinvestissement de la formation reçue a été précédé de la mise à disposition de ces femmes d’unités de production équipées en matériaux de fabrication (moulins à maïs, râpeuses, presseuses, engrais, pesticides, herbicides...) aux fins d’améliorer leur rendement.

Mieux, dans le secteur d’Ottola, trois groupements de femmes ont également bénéficié de certains de ces équipements. Les maraichers de Madécali et d’Illoua (Malanville) ont reçu 65 motos-pompes pour promouvoir leurs activités.
L’appui aux populations frontalières et organisations de femmes pour le développement des activités génératrices de revenus se poursuit et en 2016 ce sont les groupements de Karimama centre et de l’Arrondissement de Monse de la commune de Karimama qui seront pris en compte.

Portfolio